Présentation

 

À l’origine de nombreuses maladies infectieuses, les bactéries peuvent également servir de modèle pour étudier des mécanismes biologiques fondamentaux. Les études menées dans le département de Microbiologie portent sur la caractérisation moléculaire des fonctions qui permettent aux bactéries d’interagir avec leur environnement et, pour certaines, de provoquer des maladies.

Les scientifiques du département
de Microbiologie étudient, au niveau cellulaire et moléculaire, divers micro-organismes (bactéries, archées et leurs virus) en tant que systèmes modèles pour des analyses fondamentales en génomique, génétique, métabolisme, etc.
Ils s’intéressent également aux mécanismes qui permettent à certains d’entre eux d’être pathogènes et d’échapper au système immunitaire de l’hôte, ou de résister aux antibiotiques. Pour ces travaux, les chercheurs du département de Microbiologie possèdent une grande variété d’expertises et d’approches expérimentales. Ces études apportent non seulement une meilleure compréhension du mode de vie de ces micro-organismes, mais ils sont également un préalable indispensable au développement de nouvelles thérapies ou de nouveaux outils diagnostiques potentiellement utilisables pour le traitement des infections bactériennes.

Le Département de Microbiologie est composé de 20 entités, dont 14 entités de recherche, 1 laboratoire Université de Paris , 1 laboratoire et 4 collections. Trois de ces entités abritent des Centres Nationaux de Référence et 2 unités du Département sont également Centre collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Par ailleurs, plusieurs unités de recherche d’autres départements (Génomes & Génétique, Biologie Structurale & Chimie et Infection & Epidémiologie) sont affiliées au Département de Microbiologie. Le département héberge également une équipe de recherche labélisée avec le CNRS – UMR2001.

• Lourenço M, Chaffringeon L, Lamy-Besnier Q, Pédron T, Campagne P, Eberl C, Bérard M, Stecher B, Debarbieux L, De Sordi L (2020) The spatial heterogeneity of the gut limits predation and fosters coexistence of bacteria and bacteriophages. Cell Host Microbe Jun 29:S1931-3128(20)30341-3;gutjnl-2019-318640. doi:10.1016/j.chom.2020.06.002

• Pérez-Cobas AE, Ginevra C, Rusniok C, Jarraud S, Buchrieser C. (2020) Persistent legionnaires’ disease and associated antibiotic treatment engender a highly disturbed pulmonary microbiome enriched in opportunistic microorganisms. ImBio Apr 22. May19;11(3):e00889-20. doi:10.1128/mbio.00889-20

• Baquero DP, Contursi P, Piochi M, Bartolucci S, Liu Y, Cvirkaite-Krupovic V, Prangishvili D, Krupovic M. (2020) New virus isolates from italian hydrothermal environments underscore the biogeographic pattern in archeal virus communities. ISME J Apr 22. Online ahead of print. doi:10.1038/s41396-020-0653-z

• Patino-Navarrete R, Rosinski-Chupin I, Cabanel N, Gauthier L, Takissian J, Madec JY, Hamze M, Bonnin RA, *Naas T, *Glaser P. (2020) Stepwise evolution and convergent recombination underlie the global dissemination of carbapenemase-producing Escherichia coli. Genome Med Jan 20;12(1)/10. doi:10.1186/s3073-019-0699-6

• Williams AH, Wheeler R, Deghmane AE, Santecchia I, Schaub RE, Hicham S, Moya Nilges M, Malosse C, Chamot-Rooke J, Haouz A, Dillard JP, Robins WP, Taha MK, Gomperts Boneca I. (2020)Feb 5;9:e51247.  eLife doi:10.7554/eLife.51247

• Béchon* N, Mihajlovic* J, Vendrell-Fernandez S, Chain F, Langella P, Beloin C, and Ghigo JM (2020) Capsular polysaccharides cross-regulation modulates Bacteroides thetaiotaomicron biofilm formation. mBio in press

 

 

 

Équipes

Équipes associées

Emplois

Partenaires

Sélection de Publications

Télécharger